onglets

http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_18.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/adresses.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_10.html

 - -

8 semaines de (zéro) déchet

Selon le CNIID (Centre national d'information indépendante sur les déchets) devenu Zero Waste France depuis 2014, chaque année en France, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères, soit, quasiment 1kg de déchets par jour... La destination de nos déchets se réparti ainsi: 30 % vont à l'incinération, 36 % partent alimenter les décharges, 20 % sont recyclés et là c'est la plus grosse honte, seulement 14 % se retrouvent au compost. Alors que quand on regarde dans nos poubelles, une grande partie de nos déchets se trouvent être organiques...

  
Crédit photo: "7 days of garbage" par Gregg Segal

Vous trouvez ces chiffres accablants? Attendez un peu que je vous montre ceux de San Francisco, ville pionnière du "zéro déchet": aujourd'hui, le taux de recyclage et de compostage de leurs déchets dépasse les 80% et ils visent les 100% pour 2020! C'est dire que nous avons encore beaucoup de chemin à faire avant de pouvoir prétendre être un pays écolo. Mais la gestion des déchets ne semblant pas être la priorité au sein de notre gouvernement, je parle bien sûr du rejet des mesures contre le gaspillage alimentaire, j'imagine que c'est à nous, citoyens, de montrer ce que l'on veut vraiment en agissant directement.

La vision du "bocal à déchets" dans le mode de vie "zéro déchet" en a motivé plus d'un mais parfois, on voit le bocal des autres comme ce qu'il nous reste encore à faire comme chemin alors que ça devrait être le contraire. On devrait pouvoir se dire "voilà ce que j'ai déjà accompli!". C'est pour cela que j'ai décidé, pendant 2 mois, de peser toutes les semaines mes déchets et de vous faire parvenir les résultats. Parce qu'il n'y a rien de plus encourageant que de voir l'effort que l'on fourni au jour le jour!

Chaque fin de semaine, j'ai donc pesé mes déchets organiques d'un coté (épluchures de légumes, coquilles d'oeufs, etc), recyclables de l'autre (bouteilles de jus, lait végétal, les rares prospectus qui arrivent quand même dans ma boîte malgré l'autocollant "stop pub"), ceux qui sont biodégradables mais que mon composteur n'accepte pas et qui vont avec tous les déchets de mes voisins (litière du chat, peaux d'agrumes, objets cassés, etc.) et en dernier ceux qui s'en vont au bocal à déchets mais que vous ne retrouverez pas dans le tableau qui va suivre car ils sont vraiment très très très minoritaires!



Me voici donc avec une estimation annuelle de 113,58kg de déchets (contre 354kg) soit à peine 1/3 des déchets d'un français lambda! N'oublions pas que mes déchets organiques s'en vont au lombricomposteur pour être revalorisés sous forme de terreau compost et d'engrais liquide naturel pour mes plantes et mon mini potager. Mes déchets recyclables sont recyclés pour faire de nouveaux objets. Mes déchets organiques non recyclables sont disposés dans un sac en papier et iront se décomposer tout doucement à la décharge même si je dois avouer que ça n'est pas non plus le meilleur exemple à suivre. Quant aux déchets plastiques disposés dans mon bocal, je les garde en attendant de trouver une solution non polluante!



Comment faire pour réduire ses déchets du quotidien?

1. Composter

Vous n'avez aucune excuse en ce qui concerne le compostage car même si vous habitez en ville, il existe des jardins partagés qui disposent d'un endroit pour le compost et si ça n'est pas le cas et que vous vivez en appartement, faites comme moi, installez un lombricomposteur!

2. Acheter en vrac

Le vrac n'est pas toujours très accessible, surtout pour ceux qui vivent à la campagne (quoi que, le marché est un très bon rendez-vous pour trouver vos aliments en vrac, certes pas tous mais il ne s'agit pas d'être Miss ou Mister zéro déchet mais de faire quelques efforts au quotidien) en revanche, ne serait-ce que pour ce qui est fruits et légumes, fromage, viandes et poisson au supermarché, vous n'avez qu'à apporter vos pochettes en tissus et vos bocaux et le tour est joué!

3. Limiter les emballages recyclables

Et oui! Même les emballages recyclables peuvent être réduits. Habituez-vous par exemple à boire l'eau du robinet et ça vous évitera en premier lieu d'avoir plein de bouteilles à recycler et enfin (et surtout) ça vous aidera surement à avoir moins mal au dos en rentrant des courses!Pour ma part je suis en pleine transition pour arrêter les quelques canettes de soda que je consomme toujours avec du sirop fait maison!

4. Arrêter les objets à usage unique

Les objets comme les mouchoirs, serviettes de table, cotons tige, couverts en plastique pour les soirées et anniversaires, tampons, serviettes hygiéniques, couches, etc existent en effet en version réutilisable!

5. Coller un "stop pub" sur sa boîte aux lettres

Ça n'évite pas toutes les publicités mais ça les réduit considérablement et vous n'aurez quasiment plus besoin de faire le tri entre le courrier que vous attendez et celui que vous ne désirez pas.






Et vous, quels sont vos moyens de réduction des déchets à la maison?

13 commentaires:

  1. Merci pour cette estimation ! Pour ma part, je viens juste de me séparer de ma poubelle et j'essaye de faire au mieux. La majorité de mes déchets non recyclable provenaient de ce que je mange (aliments sur-emballés), maintenant j'achète en Biocoop. Il arrive parfois qu'un aliment soit emballé dans du plastique mais 95% de mon panier de course sera recyclé ou ira au compost. C'est le plus grand pas que j'ai fais cette année ! Le reste des déchets provient des cadeaux ou objets qu'il faut acheter et qui sont emballés (par ex : des piles rechargeables, ampoules, etc). J'ai réduit également mes produits de beauté au minimum, et je suis passé au savon au lieu du gel douche (pas encore trouvable en magasin bio en vrac). J'évite les sacs en plastique également. Je suis encore au début de l'expérience, j'espère pouvoir analyser au mieux d'ici un mois ce qu'il me reste comme déchets quotidiens. Pour l'instant en une semaine, je remplis un petit sac en papier au lieu des 3 poubelles hebdo d'il y a quelques mois :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis également à un petit sac en papier pour la litière du chat etc alors tu peux être fière de toi pour tes efforts!

      Supprimer
  2. C'est vrai que cela donne une bonne idée ! Moi j'ai décidé d'écrire la date sur mon sac poubelle de 30L, pour voir en combien de temps je le rempli. Actuellement, je l'ai depuis un mois et il y a un tiers du sac plein (étiquettes biocoop, emballages d'aliments que l'on m'a donné ou de mes "craquages" parce que je suis une gourmande incurable ^^). J'achète du vrac à Biocoop et j'amène mes tupperwares en verre pour la viande et le fromage,j'achète quelques bricks pour le lait, des bouteille en verre pour le sirop et le jus de fruit. Dans mon studio, j'ai un seau pour les déchets organiques que je ramène à mes parents quand je rentre chez eux, à la campagne (ils ont un compost et des poules), mais ce n'est pas une solution durable. Je me suis renseignée pour le composteur d'immeuble, mais cela semble compliqué à mettre en place dans ma résidence étudiante (il faut plusieurs porteurs de projet ^^). Cela dit, j'ai l'impression que le zéro déchets est un combat au quotidien. Il faut refuser le gâteau emballé gentiment offert par un ami, être très rapide et alerte pour sauter sur le vendeur de sandwich ou le serveur de restaurant avant qu'il mette sur le plateau la fameuse serviette en papier (le geste est vraiment rapide en général), ne pas craquer sur un kinder bueno... J'ai encore des progrès à faire de ce côté-là ^^ Mais c'est encourageant de voir que mes parents et mon petit ami ont aussi adopté ce mode de vie, et sans que je leur demande ! On est sur la bonne voie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aaaaah ça je te comprends parfois je n'ai même pas eu le temps de demander à ne pas emballer mon sandwich que le mec l'a déjà placé dans une pochette en plastique, même quand je demande sans paille ma boisson parfois ils oublient bref oui c'est un combat au quotidien mais qui en vaut vraiment la peine! pour le compost tu n'as pas de jardin partagé en disposant dans ton quartier?

      Supprimer
  3. Oui, ça vaut le coup ! Non, il y a seulement un composteur disponible à Toulouse, au Jardin Royal, mais c'est réservé aux habitants du quartier ^^ Mais dès que j'aurais emménagé dans un appart plus grand (l'Eté prochain), je me lance le défit de faire installer un composteur d'immeuble ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rectifie... je n'avais pas bien compris quand tu parlais de "jardin partagé", mais en fait il y en a un dans mon quartier ! Il faut absolument que je les contacte pour savoir s'ils ont un composteur ! Merci pour l'idée !!! :D

      Supprimer
  4. Hello!
    J'aime beaucoup tes conseils et ton blog.
    Pour ma part, étant donner que les industriels vont produire des déchets et ne font rien pour les recycler je trie ce qui vient de chez eux et le reste (en général compostable). Tout ce qui est meme recyclable et qui vient d'une grande enseigne est mis dans un sac en papier (j'en ai un peu trop mais je n'en achete plus !!) et je ramène au point collecte du magasin. A eux de trier et d'évacuer les déchets qu'ils produisent et pour lesquels ils ne sont pas taxés (contrairement aux ménages qui en Suisse payent le sac poubelle au prix fort de ...2 CHF pour un sac de 35 litres ....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as bien raison de le faire, c'est autorisé mais les gens n'y pensent pas ou n'osent pas. Ca serait formidable si tout le monde faisait comme toi, ils réagiraient peut-être plus vite à la vue de tous ces déchets!

      Supprimer
  5. Bonjour !
    Tout d'abord merci pour ton blogs et tes supers conseils. J'ai énormément réduit mes ordures ménagères depuis que j'ai un compost. Je mets dans ce compost tous les déchets organiques.
    C'est pourquoi je suis assez surprise par le poids de tes déchets organiques mais non compostables : de quoi s'agit-il ?
    Ces déchets organiques non compostables vont selon toi se décomposer à la décharge... mais la grande majorité des ordures ménagères est incinérée : ne crois-tu pas que ces déchets sont brûlés avant de se décomposer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est écrit dans l'article! Litière du chat principalement, ça pèse son poids! Cela dépend des communes, certains disposent d'un incinérateur, d'autres d'une décharge à ciel ouvert (ou pas). Quoi qu'il en soit quand on vit en ville il est impossible d'installer un compost assez conséquent à moins d'aller déposer ses déchets dans un jardin partagé mais ces structures étant associatives et non communales, elles ont leur limites de "stockage".

      Supprimer
  6. C'est une très bonne idée de calculer un peu plus "scientifiquement" ses déchets. J'aurai du le faire avant de commencer à réduire mes poubelles, c'est un peu tard mais je vais calculer ce que je jette dans les mois à venir, c'est un bon indicateur. Merci pour les tips !

    RépondreSupprimer
  7. Cette vision au kilos est quand même limitée sur les entrées dans le foyers.
    Par exemple, là c'est le début de la saison des pommes.
    Dis autrement, c'est le moment où les pommes véreuses ont tendance à tomber.
    Donc là, j'ai dans le salon 40kg de pommes abîmées, véreuses, tannées, ...
    Sur 2 jours, on a déjà produit pas loin de 6kg de déchets à composter, composé à 80% de morceaux de pommes en mauvaise état.
    (les parties pas touchés sont partis en compote ou en chips).

    A côté, on a vidé 2 seaux de 15litres de toilettes sèches ces 2 derniers jours (oui un seau a un peu trainé).
    Donc en 1 semaine, on doit pas être loin des 30kg de déchets au compost (surtout en comptant le changement de la litière du cobaye)
    Rien que les TLB, on doit être à environ 10kg de déchet/semaine...

    Tout ça pour dire que compter le compostable n'a de sens qu'en ville, dés qu'on rentre en campagne, c'est pas réaliste, surtout en faisant beaucoup soit même.
    A côté, les déchets alimentaires ont plusieurs étapes avant d'arriver dans une poubelle ou un bac. (les épluchures de melon par exemple n'arrive jamais aux composts)

    Pour les poubelles, j'avoue que je la sort plus pour les odeurs que pour le niveau de remplissage (on met les croquettes à toutou dedans, et même emballé dans du journal, c'est pas suffisant, surtout quand il fait chaud).

    RépondreSupprimer