onglets

http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_18.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/adresses.html - -http://uneviesansgachis.blogspot.fr/p/blog-page_10.html

 - -

Les produits bios coûtent-ils vraiment plus cher?

Étant consommatrice à 100% de produits bios, il n'est pas rare d'entendre sortir de la bouche de mes proches "nan mais le bio c'est bien gentil mais ça coûte cher". Comme je ne suis pas friande de débats sans fins et à positions prédéfinies et vouées à ne pas changer, je préfère en général ne pas la ramener aux diners de peur de passer pour le cliché de l'écologiste extrémiste. On a déjà tous entendu parler des bienfaits pour la santé (des consommateurs et des agriculteurs) et pour la planète mais qu'en est-il du porte-monnaie? Le bio coûte-t-il vraiment plus cher? 


Crédit photo: Amber Locke


Ne tournons pas autour du pot pendant trois heures: Oui, le bio coûte plus cher que les produits de l'agriculture conventionnelle. Mais devons-nous pour autant nous arrêter à cet unique critère?

Lorsque l'on compare les prix d'un kilo de mandarines corses, d'un pot de pâte à tartiner ou d'un morceau de viande, le prix est toujours doublé voire triplé par rapport aux aliments issus de l'agriculture conventionnelle. N'oublions pas au passage le fait que si nos agriculteurs se retrouvent dans des impasses financières c'est bien évidemment parce que les produits et machines qu'ils utilisent sont faits pour les pousser à dépenser toujours plus mais aussi parce que nous, consommateurs, cherchons à tout prix à avoir les prix les plus bas. Revenons en à nos moutons. Pour pouvoir se permettre de consommer bio il faut donc revoir ses habitudes alimentaires. Descendre un pot de pâte à tartiner en deux jours ou manger de la viande à tous les repas n'est donc pas recommandé (et est mauvais pour votre santé ainsi que celle de la planète). Mais après tout, a-t-on réellement besoin de manger autant? 

De tous les régimes alimentaires que j'ai pu voir chez mes proches, le plus efficace est apparut comme étant celui où l'on ne se prive pas des bonnes choses mais en réduisant tout de même les quantités. Il en est de même pour le régime bio, zéro déchet, fléxitarien. C'est le "régime" alimentaire que je suis et j'en suis plutôt contente. Je suis actuellement toujours à la recherche d'un emploi et je ne vais pas vous le cacher, je suis passée brutalement d'un salaire de 1500 euros net à 900 euros d'allocation chômage par mois. Ai-je dû revoir à la baisse ma consommation de produits bios? Absolument pas. Hors de question même! Pourquoi? Parce que je n'ai, depuis quelques années, plus vraiment pour habitude de dépenser mon argent à droite à gauche. Les dépenses superflues comme le shopping, les produits d'entretien, de décoration, emballés dont je n'ai pas besoin ne font plus parti de mon quotidien. Je peux donc me concentrer sur des choses plus agréables et fondamentales comme consommer bio (en totalité) et je peux même me permettre un restaurant de temps à autre, et ce, même en période de chômage. Attention, ce témoignage est le mien, votre situation familiale est peut-être très différente de la mienne mais ce que je vais vous dire ne vous empêchera pas de passer ne serait-ce que partiellement au bio.




En dehors du fait que les quantité sont revues à la baisse sans pour autant m'affamer (je suis sportive alors j'ai besoin de forces pour pratiquer mon sport), il y a un détail que l'on omet souvent, c'est le fait qu'il y a des parties de fruits et légumes que l'on peut cuisiner en bio et non en agriculture conventionnelle. S'il est totalement et extrêmement déconseillé de cuisiner les zestes d'agrumes, les peaux de bananes, les couches d'oignons et autres dans les produits conventionnels, dans le bio, tout est permis! C'est bien simple, je n'épluche même plus mes légumes! On arrive donc à moins de gâchis et plus de ressources alimentaires! Notez qu'en plus, les vitamines seraient plus concentrées dans la peau qu'à l'intérieur de l'aliment! Voici une liste de recettes que vous pouvez reproduire chez vous avec des parties que nous avons malheureusement pour habitude de jeter:




Petits cakes aux peaux de banane - Sempervivum
Graines de potiron grillées - La cuisine des jours
Velouté de fanes de radis - Bienvenue chez Spicy
Purée de légumes de la semaine passée - Sempervivum
Soupe de pied de brocoli - Sempervivum
Sirop d'épluchures de poires - Fédération Française de Cuisine
Chips d'épluchures de pommes - La cuisine des jours
Bouillon de parties gaspillées de légumes - Sempervivum
Tourte aux fanes de navets - La cuisine de Nat
Gelée de trognons et épluchures de pommes - Tartine Jeanne
Pesto fanes de carottes - Mon potager
Soupe de tiges et pieds de légumes - Sempervivum




Mais ce n'est pas la seule bonne nouvelle! Fin 2014, je publiais une étude que j'avais menée au sein de mon foyer, basée sur mes relevés de comptes. Je vous dévoilais dans cet article comment j'avais réussi en un an à faire 400 euros d'économies en ne faisant mes courses qu'en vrac et 100% bio mais l'avantage financier n'était pas le seul que je remarquais. Si mes visites chez le docteur sont toujours réglées en espèces, les passages à la pharmacie eux, sont toujours payés par carte bleue, donc retraçables sur mes relevés de comptes. Et voici ce que j'avais découvert. En 2013, j'étais passée 7 fois à la pharmacie contre 1 fois en 2014. Hors mis les rares réels problèmes de santé (car nous ne sommes pas invincibles), les petits maux courants ont presque totalement disparu! En mangeant bio j'évite la case arrêt maladie, frais médicaux pas toujours remboursés en totalité, médicaments douteux, etc. Les rares fois où je tombe malade voici mon remède, simple et efficace:




Enfin, dernier point mais pas des moindres, lorsque l'on se penche un peu plus sur les problèmes environnementaux et que l'on découvre que l'utilisation de pesticides, herbicides, machines à labourer les sols, laisse des terres dépourvues de toute vie et des agriculteurs poussés à acheter de plus en plus d'engrais et de plus en plus d'anti parasites pour que leurs productions poussent et ne soient pas perdues le bio s'avère comme étant la seule et unique solution à ce problème devenu mondial. Si l'on peut rester dubitatif quant aux bénéfices santé, on peut de toute évidence décider de passer au bio pour laisser à nos descendants une planète moins sale que nous l'avons trouvée à notre naissance.


N'hésitez pas à apporter votre témoignage si vous aussi, consommez partiellement ou en totalité, des produits bios ainsi que les bienfaits que vous avez pu remarquer!

37 commentaires:

  1. ton article est vraiment très bien. malheureusement tout le monde n'a pas les yeux ouverts comme nous pouvons les avoir.
    le bio coûte plus cher à notre porte monnaie, mais quel est le prix du conventionnel sur notre corps ? [cancer, maladie diverse ...] mais quel est le prix de notre planète ? [pollution, catastrophe naturelle ...]
    de plus, en faisant ses courses sur des sites locaux (et quasi 100% bio) on paie souvent moins cher de chez carouf ... exemple la ruche qui dit oui ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as totalement raison et c'est pour ça que j'ai décidé d'écrire cet article, pour enfin en parler autour de moi! Pour ceux qui ne peuvent pas forcément se payer tout de suite du tout bio les amap sont une alternative aux supermarchés déjà bien meilleure même si rarement bio!

      Supprimer
  2. Effectivement, au fur et à mesure, on se rend compte que les économies se font doucement. Pour nous, c'est surtout que l'on a réduit nos achats et notre façon de faire l'épicerie. Et nous n'avons plus de gaspillage alimentaire. Là c'est un très gros point qui voit des économies au final.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet les économies se font aussi grâce à la prévention du gaspillage alimentaire! Moins on a de choses dans son frigo, moins on gaspille déjà!

      Supprimer
  3. Je suis tellement complétement d'accord! Je me bas sur ce sujet tellement souvent! C'Est comme sur le fait de manger local. A mon ancien boulot, on avait le marché sous nos fenètres, et j'étais la seule à y acheter mes légumes parce que "c'est trop cher". Les gens ont beau comprendre mes arguments que c'est meilleur pour la planéte, pour moi et pour l'économie locale, ils s'en foutent. Je trouve que ca ne coute vraiment pas grand chose en comparaison de tous les sous que la pluspart des gens mettent dans leur téléphone et leurs habits! Surtout en mangeant de saison, on fait carrément des économies, puisqu'on achète les légumes au moment ou ils sont les moins chers. En ajoutant cela à la réduction de ma consommation de viande, j'y suis clairement gagnante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'imagine qu'ils ont la flemme de faire le marché en bas du travail en se disant "va falloir que je me trimballe ça dans les transports en rentrant"... Il faudrait peut-être qu'ils se renseignent à savoir s'il y a des marchés pas trop loin de chez eux sur leurs jours de repos! Moi je sais que c'était difficile, quand je bossais aucun marché de mon quartier ne tombait sur un de mes jours de repos...

      Supprimer
  4. Bonjour, personnellement, je ne suis pas à 100% bio pour toute la famille,par exemple, la viande,(je suis VG, mais la seule à la maison...), mais je pense que le bio n'est pas si cher que ça (genre la semaine dernière, les carottes à 2€ et des le kilo au biocoop...).Je fais mes courses directement chez les commerçants (boulangerie, boucherie, biocoop), et un complément en grande surface pour ce que je ne trouve pas ailleurs (de la crème fraiche en pot en verre, par exemple...) et je m'en sort à un budget de 70€ par semaine, pour 4, ce qui me semble hyper raisonnable.
    C'est vrai que les sceptiques transposent leur mode de consommation au bio, et là oui, du prêt à consommer 100% bio, ça coute une blinde, mais si on reviens aux basiques (et donc juste à ce qui est bon pour notre santé...), on s'en sort bien! Et bon, les rares fois où j'argumente, je soulève aussi le plan social, plus qu'environnemental, parce que j'ai l'impression que pour du bio local,les agriculteurs ont plus de chances d'avoir un salaire normal. Comme pour les achats autres, vêtements,etc... à toujours rechercher les prix les plus bas, on est ni plus ni moins que des esclavagistes, mais bon,je ne le dis plus trop, j'ai plus d'amis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me retrouve à 200 % ds ce comm !
      sans compter aussi les économies faites sur les produits ménagers . car acheter bio ce genre de produit c'est aussi revenir à ce qui est essentiel . a t on vraiment besoin de tous ces produits qui agressent , décapent , coutent cher et au final polluent ?

      Supprimer
    2. ABSOLUMENT PAS! Mon vinaigre d'alcool et mon eau bouillante font le même travail que n'importe quel détartrant à chiottes! Je songe à faire quelques ateliers pour mes proches! Pensez-y pour vos proches ça pourrait les intéresser de vous voir dans votre quotidien ménager!

      Supprimer
  5. Je me retrouve totalement dans ton article ! On a la même façon de voir les choses et de fonctionner. Du coup, je viens de le partager sur Facebook. ;) Bisous. Stéphanie

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, 100 % d'accord avec vous. En réduisant ses déchets et en vivant plus "minimaliste" on peut mettre plus cher dans les produits bio. Je préfère manger des légumes de saison et qui ont du goût plutôt que faire les soldes et acheter des vêtements que je ne mettrai probablement jamais :) Par contre, vous m'impressionnez en vivant avec 900 euros par mois, une fois déduit le loyer et les charges il ne reste plus grand chose pour se faire plaisir :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement pour moi j'ai quelques dizaines d'euros qui viennent de la caf mais ça reste minime! C'est vrai qu'à Paris ça tient quand même de l'exploit! Mais j'y arrive!

      Supprimer
  7. bonjour, j'aime beaucoup l'article et je pense que tu as raison! on y gagne c'est sûr. Je n'ai pas trop accès au bio dans mon "désert" et combien de fois je suis dégoutée de devoir jeter les peaux d'orange au lieu d'en faire des bonnes petites choses comme ta photo en haut!
    belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à les mettre dans ton vinaigre d'alcool ça donnera un parfum d'agrumes à tes produits ménagers et à ton linge!

      Supprimer
  8. Alors chez nous,on est quasi en 100% bio. Depuis le mois de juillet, nous avons totalement arrêté de nous fournir en hyper. Les 3/4 de nos achats sont effectués en biocoop, le quart restant au marché,en filiale locale, parfois bio.
    Le bilan financier ? Nous ne payons pas plus ! Notre budget est de 400 euros / mois, et il n'a clairement pas augmenté depuis ce changement ! Par contre, nous faisons nos courses différemment: achat en vrac au maximum, des produits brut et stockage minimum. Je pense que dans le bio, ce qui coute cher, c'est souvent la transformation. En restant sur des produits bruts, on fait de très très grosse économie. (je précise aussi que la famille se compose de deux végétariens, mine de rien la non-consommation de viande fait aussi beaucoup baisser le budget !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça oui végétariens c'est bien, végétaliens c'est encore mieux vu qu'ils ne consomment pas non plus de produits laitiers! Moi je ne suis pas végétarienne mais je mange très très peu de viande et poisson et je ne consomme plus de produits laitiers que lorsque je suis invitée à diner! Contente d'avoir ce genre de témoignage qui prouvent qu'en changeant un peu ses habitudes de courses on arrive à ne pas augmenter son budget!

      Supprimer
    2. Je viens en complément! ici aussi, transition vers le bio suite à la fermeture du petit hyper local...Et ps très envie de finir chez E.Leclerc...Donc passage à l'AMAP, à l'épicerie bio. Le budget n'a pas augmenté, voir on fait des économies!! La viande, le pain, les céréales, sont bien moins chères car achetées en grande quantité (vive le congèlateur et les bocaux!), les fruits et légumes secs coûtent moins chers que le NON bio, car en vrac et secs! Alors oui, il faut un peu anticiper, les pois-chiches et autres léguminueuses mettent plus de temps à cuire, mais ça vaut le coût! Un grand merci pour votre blog et vos témoigngages inspirants!

      Supprimer
  9. je suis entièrement d'accord avec ce constat, nous sommes 6 à la maison donc la note est plutôt salée pour les courses mais nous essayons au fur et à mesure de revoir nos achats et de consommer au mieux,
    ce n'est pas facile tous les mois mais nous ne voulons pas retourner à ce qu'on achetait avant ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah moi non plus, pour rien au monde je racheterai tous les plats cuisinés pleins d'huile, de sel et de sucre! C'est quand je vais diner chez d'autres gens que je me rends compte que ces plats industriels sont de véritables drogues!!!

      Supprimer
  10. Bonjour,
    Tout à fait d'accord avec les commentaires précédents. En mangeant bio on est bien plus rassasié avec des quantités moindres, il suffit de faire la différence entre la quantité de riz complet bio qu'on peut mange et celle qu'il faut en riz blanc ! Avec le riz blanc vous avez à nouveau faim peu de temps après - avec le riz complet vous êtes bien nourris dans tous les sens du mot. Le fait d'acheter bio et en vrac nous "oblige" à refaire la cuisine différemment avec des aliments un peu oubliés comme les lentilles ... mais épargne le prix de plats tout préparés. Il me semble qu'il faut changer un peu de façon de cuisiner si on veut que cela change le cout des courses :o)
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lentilles en plus j'aime tellement ça! Les poêlés aux lentilles, soupes de lentilles corail, hmmmm!!!

      Supprimer
    2. Et puis quand on voit qu'il n'y a quasiment pas de baguettes vendues en magasins biocoop et que des vrais pains aux céréales on se rend tout de suite compte que les baguettes traditionnelles ne sont pas faites pour nourrir et en plus on ne peut pas du tout les conserver!

      Supprimer
  11. Totalement d'accord avec toi! On ne se rend pas compte du "coût caché" des produits conventionnels. D'ailleurs, s'ils sont si peu cher, c'est qu'ils sont lourdement subventionnés. De plus, pour avoir donné un coup de main dans une ferme bio, on comprend bien vite pourquoi leurs fruits et légumes sont plus chers qu'au supermarché (encore que...): travail 7j. sur 7, parfois jusqu'à 12h par jour, tout cela en parvenant à peine à se dégager un salaire! Lorsque l'on se rend compte du nombre d'heure de travail que représente une carotte bio (semis, repiquage, désherbage...x10, récolte - et il y a de la perte-), on ne trouve plus qu'il est si cher, le kilo de carottes! Si on devait payer au taux horaire, c'est des milliers d'euros qu'elles couteraient ces carottes!
    Comme toi j'ai un petit budget et pourtant je ne suis jamais dans le rouge et j'arrive même à économiser, aller au théâtre de temps en temps, me payer des cours de danse... Je crois qu'en effet il faut aussi revoir notre consommation au sens large et la place que doit avoir notre budget alimentation dans notre budget global. Après tout, l'alimentation c'est la base, est-il normal que l'on y consacre 20% de notre budget? Dans les années 60, c'était 35%!
    Mon commentaire est un peu décousu et je m'en excuse, mais il y a tellement à dire sur le sujet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement d'accord avec toi! Parfois je me dis que la dette de l'état ça arrange pas mal le gouvernement sinon il fera en sorte pour commencer de ne pas avoir d'agriculteurs et éleveurs vivants sur les aides européennes!

      Supprimer
  12. Article et commentaires très intéressants. Merci pour les recettes que je vais essayer.je vais au marché, à la biocoop mais encore au super marché et cette dernière étape je voudrais bien la supprimer complètement. Je sais que pour y arriver je dois encore améliorer mon mode de fonctionnement et vos réflexions me donnent des idées pour y arriver. Merci à tous, ces échanges d'expériences sont très positifs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut rester positif et y aller à son rythme! Ça m'a pris 1 an avant de faire mes courses totalement en vrac et bio!

      Supprimer
  13. Bonjour et merci de ce témoignage. De notre coté, nous ne sommes pas 100% bio, pourtant nous évaluons comme toi le tout de notre démarche et pas uniquement le cout unitaire à l'achat de tel ou tel produit. Il faut donc expliquer la globalité de la démarche et pas uniquement le fait de réduire ses déchets ou manger bio si l'on veut expliquer qu'au final, cela coute moins cher ...
    Merci pour les recettes, très instructives et délicieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tellement de critères (comme pour le zéro déchet au final) qui peuvent au final mettre tout le monde d'accord!

      Supprimer
  14. Je suis tout à fait d'accord avec ton point de vue, je me permets d'ajouter aussi qu'il y a une alternative au bio : l'agriculture raisonnée! J'achète en grande partie mes fruits et légumes au marché, à moindre coup, du local et pas de vilaines choses dessus!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rêve d'un futur avec une agriculture raisonnée! La permaculture c'est la clef!

      Supprimer
  15. Sentiers d'images26 février 2016 à 15:26

    Coucou Mélanie! (c'est Sentiers d'images ;) )
    Sans avoir passé végan, je constate que le simple fait de mieux organiser ses courses et notamment manger de saison, moins, opter pour des aliments riches mais abordables (légumineuses, céréales) sans non plus viser les aliments spéciaux (graines de chia, tempeh, tofus divers, cacao cru et tout super aliment qui peuvent plomber sérieusement un budget) fait qu'on réduit énormément les coûts et me permet entre autres de manger bio. Ce n'est pas parfait car pas toujours local (Italie ou Espagne, je n'ai rien contre ces pays cela dit) mais un mieux, pas tant pour la santé mais pour l'effort agricole fourni pour essayer de respecter un peu plus l'environnement. Là où en plus c'est vraiment très économique c'est ce que tu as soulevé au niveau des pelures: il y a beaucoup moins de perte dans un légume bio, du coup on peut faire bien plus de préparations avec. Je n'ai même pas besoin de séparer les pieds ou peaux des légumes: je garde la carotte presque entière après l'avoir lavée, pareil avec les pommes de terre (sauf variétés trop ridées ou plat nécessitant un épluchage), j'utilise toujours le pied des brocolis avec le reste, les feuilles du choufleur sont débitées et finissent avec la tête en velouté ou en purée, de même que le chou blanc qui est quasiment consommé dans sa totalité, les trognons de pomme peuvent se congeler pour servir ensuite à une gelée/ confiture, etc. Il y a des fruits et légumes réellement problématiques (arghf l'ananas quelle cata du coup je n'en ai mangé qu'un de tout l'hiver, bio mais alors quel délice!) mais dans l'ensemble si on réfléchit bien à leur usage on se retrouve avec bien assez à manger quand en conventionnel on doit jeter le tiers d'un fruit ou légume en épluchures. J'essaie d'éviter les végétaux avec trop de perte aussi, même en bio (artichaut, délicieux mais un cauchemar de déchets organiques), les agrumes étant mes bêtes noires car en hiver ils sont incontournables! Voilà. J'espère maintenant que ces avancées vont me permettre d'envisager l'achat d'autres produits bio que je n'achète pas encore... ;) Bravo pour ton exemple en tout cas!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais comme toi! Toutes les feuilles de chou, parties vertes de poireau, fanes, têtes vertes de carottes, etc passent en soupes! Je congèle tout dans un sac et une fois que j'ai une assez grande quantité je prépare la soupe! Pour les agrumes je passe les peaux dans le vinaigre blanc comme ça ça prolonge leur utilisation! Et pour les feuilles d'artichaut, tu peux faire comme pour les cosses d'haricots et petits pois, les mixer puis passer au chinois pour avoir un velouté!

      Supprimer
  16. Cet article me fait plaisir car je ne suis pas une consommatrice de bio (pas taper svp), car c'est plus cher et, pas dans mon budget et, quand j'essai d'expliquer ça à certains amis qui eux sont en 100% ou presque bio, limite on me rit au nez en disant que c'est faux (oui chez moi il n'y a pas de plat tout préparé, je fais tout moi même c'est peut être ça la différence).
    Malgré tout, je fais attention à ce que je consomme, j'avoue que dans un premier temps c'était surtout pour des raison économique (la bouteille de vinaigre blanc à 50cts est bien moins cher qu'un détartrant bien chimique, et pourtant tout aussi efficace, voir plus).
    Mais je me rend compte en lisant les différents commentaire, que je fonctionne un peu pareil que vous. Les fruits et les légumes sont achetés de saison (je fais même pousser des tomates et des haricot vert sur mon balcon l'été en plus des aromates que j'ai en permanence, mais bon vivant à nanterre, on peut pas dire que ce soit bio....) et ils sont utilisé au maximum. Dans l'idéal j'aurais adoré faire un bac de compost, mais bon mon balcon est pas gigantesque non plus.
    Je limite au maximum les emballages et ceux que j'ai sont soit réutilisé, recyclé ou serve à faire des activité manuelle avec les enfants.
    Par contre je fais attention sur d'autre chose, je fabrique tous les vêtements de mes enfants et un partie des miens, même si les tissus ne sont pas forcément fabriqué en france, je les achète chez des revendeur français et de préférence des petites entreprises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être y a-t-il un jardin partagé à Nanterre où vous pourrez apporter vos déchets orgagniques? Appelez votre mairie ils sauront peut-être vous répondre!

      Supprimer
  17. Bonjour.
    Je trouve cet article très riche et instructif. Il'porte vraiment à réflexion et c'est justement ce que je cherche.
    Je consomme malheureusement pas beaucoup de produits bio, pas autant que je le voudrai. Le problème étant que je suis moi aussi sans emploi avec des revenu à moins de 400 euros. Déjà c'est pas évident simple. Passons..
    Je suis végétalienne à tendanse crudivore et la ça se complique un peu plus.
    Je ne remets aucunement en cause l'article ni les commentaires au contraire je cherche des conseils et astuces. ..
    Le fait est que mon alimentation me pousse à manger BRAUCOUP de fruits et légumes.
    Par exemple je sais le point sur une journee:
    Au petit déjeuner 1/2 pastèque (1,99€ la piece non bio contre 6€ bio)
    A midi 5 carottes crues (0,99€ le kg non bio contre 2€ bio)
    Au dîner 1 concombre (0,45€ non bio contre 1€ bio)
    En tenant compte des quantités consommées et du prix au kg sur la journée en consommant bio j'en ai grosso merdo pour 3€de plus. Et cela sur une journée... sachant que je mange tous les jours de cette façon je prends l'exemple de la pastèque le matin. Ça revient à en consommer 3 par semaine donc 12€ de plus par semaine si je la prend bio.
    J'aimerai des conseils pour pouvoir faire la place que je souhaite au bio dans ma consommation...
    En tous les cas merci pour ces nombreux articles j'ai hâte de commencer la fabrication de mes produits d'entretien cette semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pastèque n'est pas très locale je suis sûre que vous pouvez trouver des fruits de saison et locaux qui vous reviendront moins cher! Et il y a aussi les amap, les fruits et légumes ne sont pas forcément bios mais c'est direct producteur et souvent moins cher qu'en grande surface! Je comprends qu'avec 400 euros par mois ce soit compliqué mais il y a toujours des solutions! Vous ne mangez pas de légumineuses, céréales, etc?

      Supprimer